La sensibilisation financière en assurance risques à Madagascar

04.08.2021

Le Projet « Adaptation des chaînes de valeur agricoles au changement climatique au Madagascar» (PrAda) a été lancé par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) en 2017 pour une durée de 5 ans. 

La zone d’intervention du projet couvre trois régions du sud et sud-est de Madagascar: Androy, Anosy et Atsimo Atsinanana. Cette zone fait partie du « Grand Sud » qui est caractérisé par un climat semi-aride. La sécheresse et la variabilité des précipitations constituent le principal risque pour la population rurale, qui vive principalement de l’agriculture pluviale et de l’élevage. 

L’objectif général du PrAda est d’améliorer la performance des acteurs des chaînes de valeur agricoles sélectionnées, particulièrement vulnérables au changement climatique.  

Afin d’y parvenir, l’une de sa composante vise l’amélioration de l'accès aux produits d'assurance pour les acteurs des chaines de valeurs contre les risques climatiques. Ils sont constitués principalement par des paysans producteurs. Le but est d’alléger les difficultés des agriculteurs après la survenance d’un évènement climatique par le biais d’un remboursement des pertes octroyé par l’assureur. La mise en œuvre de cette composante est assurée par le cabinet AFC Agriculture & Finance Consultants avec l’Akademie Deutscher Genossenschaften (ADG).

Pourtant, l’assurance est un secteur règlementé, c’est pourquoi le projet PrAda devrait collaborer avec une entreprise autorisée par loi afin de produire et commercialiser de(s) produit(s) d’assurance risques climatiques.

Ainsi, grâce au partenariat avec l’assurance ARO, un produit d’assurance indicielle compensant les pertes causées par le déficit de pluie a été mis sur le marché depuis l’année 2020. Ce produit pilote cible les paysans producteurs d’arachide. 

Certes, le concept de l’assurance n’est pas encore très bien compris et intégré par la population malgache et de plus l’assurance indicielle risques climatiques sera un tout nouveau service.

Par conséquent, dans le souci de protection des consommateurs, AFC vient en appui à l’assureur en s’occupant de la campagne de sensibilisation du public cible. A l’issue de laquelle, les acteurs des filières agricoles comprennent la valeur et la relevance des assurances climatiques et ont la confiance de les utiliser. En plus ils comprennent le fonctionnement et sont donc intéressé à les acheter. 

FORMATION DE FORMATEURS

Pour bien mener la 2è campagne, les nouveaux formateurs ont reçu une formation de renforcement de capacité, la 1ère semaine du mois de juillet 2021. C’est une formation d’une durée de 5 jours dont quatre en salle et une journée sur terrain. D’abord, la formation a commencé par des théories sur les principes généraux de l’assurance, l’assurance risques climatiques, le fonctionnement d’une assurance indicielle ainsi que les techniques de formation des adultes en milieu rural en incluant l’aspect genre.

Ensuite, les formateurs effectuaient des simulations d’une séance de sensibilisation en salle par tour de rôle. Enfin, la dernière journée, ils ont été sur terrain face à des producteurs agricoles. Pendant cette formation, l’évaluation des apprenants sont effectués par un représentant de l’assureur et une représentante de la direction régionale de l’agriculture.            


 

SENSIBILISATION DES PAYSANS PRODUCTEURS

Après avoir renforcées les compétences requises, les formateurs d’AFC descendaient jusqu’aux villages des producteurs agricoles, quelques mois avant le début de la saison culturale. L’objectif est de transférer les connaissances au public cible, concernant le fonctionnement d’une assurance risques climatiques en général et particulièrement d’une assurance indicielle. Ceci, facilite ultérieurement l’intervention de l’assureur face à des gens conscients de ses risques et de ses avantages en souscrivant ou non à un produit d’assurance adapté à son activité.

La sensibilisation s’effectue en groupe de 10 à 15 personnes. Dans la majorité de cas, ces sont des groupes mixtes, composés des femmes et des hommes, preneurs d’assurance potentiels. Une séance dure environ 1h 30 min. Afin que les connaissances acquises restent, des séances de rappel sont au programme.

De plus, les contenus et les outils de la sensibilisation sont conçus pour être adaptés aux cultures et au niveau de connaissance des paysans; entre autres, une boîte à images, un dialogue format audio et des brochures. En outre, les formateurs parlent les dialectes des groupes cibles.

Cette année 2021, la sensibilisation a été lancée le mois de juillet dernier, en ciblant 3000 paysans preneurs d’assurance potentiels. Cette campagne dure un mois.

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Jakob Lutz  ou Ingrid Smit